Retour à l'accueil

Legacy : un message d'urgence mais porteur d’optimisme

Avec son tout dernier documentaire "Legacy, notre héritage", Yann-Arthus Bertrand essaye une nouvelle fois de nous convaincre de tendre vers un mode de vie moins carboné. Pour limiter le réchauffement climatique et ne pas dépasser le cap des +2°C d’ici 2100, Yann-Arthus Bertrand affirme qu'il faudrait réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 5% par an. Mais réduire nos émissions de 5% par an, est-ce à notre portée ?

Legacy Main Title

Dans Legacy, le photographe nous confie que sur les dix dernières années, l'humanité n'a pas réussi à réduire sa consommation. Nous consommions 90 millions de barils de pétrole par jour il y a 10 ans. Aujourd’hui nous en consommons 100 millions. Où va-t-on s’arrêter ?

Le reportage nous fait nous interroger sur la question suivante : entre addiction à la croissance et survie, quelle décision prendrons-nous dans les prochaines années ? Quel héritage souhaitons-nous laisser à nos enfants ?

Legacy pose un constat alarmiste sur la situation actuelle mais nous assure qu’il n’est pas trop tard pour agir : nous avons un tous un rôle d'acteur dont il faut prendre conscience.

Une situation de crise invisible

Legacy fait prendre conscience que le réchauffement climatique, ou plus précisément le dérèglement climatique, est un mal invisible. Les glaces fondent, la température augmente, la faune disparaît peu à peu, mais dans la plupart des pays développés, nous ne le voyons pas. Saint Thomas devait voir pour croire, serions-nous tous comme lui ? Est-ce parce que nous ne voyons pas les glaces fondre de nos propres yeux que nous ne faisons rien ?

Pour nous inciter à agir, le reportage Legacy permet donc de mettre des images sur des phénomènes dont nous avons seulement entendu parler.

Sècheresse

Mais que représentent 4 à 5 degrés de plus ? On peut avoir tendance à se dire que cela ne rendra notre climat que plus agréable.

Durant la dernière ère glaciaire, les températures moyennes sur terre étaient seulement inférieure de 6 degrés à celles d'aujourd'hui. On imagine donc très facilement l'ensemble des perturbations induites par une augmentation des températures de 4 à 5 degrés en si peu de temps : effondrement de la biodiversité, perturbation des ressources en haut douce, montée des eaux, sécheresses, crues, famines, mouvements de population, etc.

Mais selon Yann-Arthus Bertrand, cette peur ne doit pas nous paralyser, car nous sommes tous en mesure d’agir. Au cours de l'année qui vient de s'écouler, les hommes ont montré qu'ils pouvaient faire preuve de solidarité et prendre les mesures nécessaires face à une crise, sanitaire. Pour protéger les vies humaines en danger, nous nous sommes isolés, nous avons fait des sacrifices, sur nos sorties, sur nos loisirs, mais nous avons aussi sauvé des vies.

Remerciements aux médecins

La crise est, depuis plusieurs années, environnementale. Nous avons parfois du mal à réaliser que celle-ci sera massivement plus meurtrière qu’une épidémie. Pour protéger les vies humaines en danger, nous devons réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 5% par an. C'est à notre portée.

Que faire concrètement pour réduire son empreinte carbone

Tout d’abord, Yann Arthus-Bertrand affirme qu’il faut avoir le courage de la vérité. Le courage de l’entendre, de l’accepter mais aussi de regarder les faits sans avoir la peur au ventre. Ce n’est pas trop tard mais c’est maintenant qu’il faut agir !

Le réalisateur revient sur certaines actions que nous pouvons mettre en place très rapidement. Il nous invite notamment à remettre en question notre consommation de produits animaux transformés. Si la provenance n’est pas indiquée, vous mangez peut-être un cochon n’ayant jamais vu la lumière du jour ou senti l’odeur de la terre, élevé dans un immeuble en Chine, nourri avec du blé en provenance d’Australie. L'élevage dans le monde représente 14,5% des émissions de GES (gaz à effet de serre), soit plus que le transport (14%).

Le reportage conseille aussi d’utiliser des moyens de transports dits « doux ». Privilégiez le vélo à la voiture pour vos déplacements journaliers quand c’est possible – en plus vous ferez du sport ! Privilégiez aussi le train ou le co-voiturage à l’avion : soyez curieux, la France regorge de régions où vous n’avez jamais mis les pieds, et l’Europe aussi !

https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6757311777572184064

La technologie à elle seule ne pourra pas nous sauver. Yann-Arthus Bertrand concède qu'il a longtemps pensé que les énergies renouvelables seraient la solution. Mais il s'est peu à peu rendu compte qu'elles ne représentaient qu'une partie de la solution, et que des changements profonds dans notre société et nos comportements étaient nécessaires. Le mot renouvelable peut être trompeur, car la production de tous ses dispositifs nécessite une grande consommation d'énergie et entraîne de nombreuses émissions de GES. Il conclut d'ailleurs le reportage avec cette maxime : "La seule énergie vraiment renouvelable c’est l’amour".

Pour conclure, Lakaa vous invite de tout cœur à regarder « Legacy : notre héritage » de Yann Arthus Bertrand si ce n’est pas déjà fait. Ce documentaire se veut touchant, émouvant, effrayant mais est aussi rempli d’espoir, un véritable hymne à la vie.

Découvrez Lakaa, la startup qui réinvente l'engagement des entreprises au coeur des territoires.